La FAO prépare son plan d’action 2020-2021 pour l’Afrique centrale à Libreville

Une Agro & Bois
dimanche, 27 octobre 2019 19:05
La FAO prépare son plan d’action 2020-2021 pour l’Afrique centrale à Libreville

(Le Nouveau Gabon) - L’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) organise la 12e réunion de l’équipe multidisciplinaire du 29 au 31 octobre 2019 à Libreville au Gabon. « Relever les défis de la transformation du monde rural et du développement des systèmes agro-industriels inclusifs en Afrique centrale », c’est le thème de cette réunion. À la veille de l’ouverture des travaux, le coordonnateur du bureau sous-régional de la FAO pour l’Afrique centrale, Hélder Muteia (photo), présente les enjeux et les attentes de cette rencontre.

Le Nouveau Gabon : Monsieur le coordonnateur, quels sont les enjeux de la rencontre que la FAO organise à Libreville ?

Hélder Muteia : Dans la mise en œuvre des activités de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), nous organisons à la fin de chaque biénnium, une réunion de l’équipe de multidisciplinaire. Elle permet de passer en revue les programmes de projets d’activités de chaque pays dans la sous-région, afin qu’on puisse faire non seulement l’analyse de nos activités, mais aussi de travailler un peu sur l’identification des défis.

Nous organisons cette rencontre sous-régionale dans le cadre du biénnium 2018-2019. Elle regroupera une centaine de participants. Il s’agit, entre autres, des représentants de la FAO des pays de la sous-région (Cameroun, Congo, Centrafrique, Gabon, Guinée-Équatoriale, République Démocratique du Congo, Sao Tomé-et-Principe et Tchad), leurs chargés de programme, les coordonnateurs de projets sous régionaux, les chargés de communication, des fonctionnaires techniques du bureau régional pour l’Afrique basé à Accra au Ghana et du siège à Rome. On notera également la présence des représentants des partenaires techniques et financiers (Banque mondiale, BAD, UE, etc.), notamment des Commissions économiques régionales (CEEAC et Cemac) et de leurs institutions spécialisées, et des agro-industries de la sous-région.

LNG : Alors quels sont les résultats attendus ?

HM : Il s’agira de définir les objectifs et les priorités de chaque biénnium. Nous faisons des révisions afin que l’on puisse apprécier comment les objectifs sont coordonnés au niveau de chaque pays. Il en est de même au niveau sous-régional et même mondial.

Au terme de ces assises, plusieurs résultats sont attendus. Il s’agit notamment de l’identification des priorités sous-régionales pour le nouveau biénnium 2020-2021 et la formulation d’une feuille de route Afrique centrale pour la préparation de la conférence régionale de la FAO pour l’Afrique, des ministres de l’Agriculture prévue au Zimbabwe en 2020.

Propos recueillis par Stéphane Billé

 
Nos derniers articles

Pour nous contacter: c o n t a c t [@] nouveaugabon . c o m

Please publish modules in offcanvas position.