Le Français Meridiam s’associe au Gabon pour construire une route et un barrage d’un coût global de près de 700 milliards de FCFA

Infrastructures
vendredi, 25 octobre 2019 01:59
Le Français Meridiam s’associe au Gabon pour construire une route et un barrage d’un coût global de près de 700 milliards de FCFA

(Le Nouveau Gabon) - L’État gabonais et le fonds d’investissement français Meridiam ont signé deux contrats de partenariat public privé (PPP). La cérémonie a été présidée par le président de la République, Ali Bongo Ondimba.

Le premier contrat porte sur le financement, l’aménagement et l’entretien de la route « Transgabonaise » d’un coût évalué à plus 600 milliards de FCFA. Long de 780 km, le projet concerne deux principaux axes : les Nationales n°1 et 3 sur le tronçon Owendo-Ndjolé-Carrefour Leroy-Lastourville-Moanda-Franceville. Cette route censée traverser le pays d’est en ouest permettra de relier les grands bassins agricoles du Gabon.

Le projet sera mené par la Société autoroutière du Gabon (SAG), détenue par Méridiam et Arise, pour une durée de 30 ans. Cette entreprise n’est pas à sa première expérience dans le pays. Elle a déjà développé plusieurs partenariats avec la République gabonaise qui ont notamment abouti à la construction du terminal minéralier d’Owendo.

Quant au second contrat, il a trait à la construction du barrage hydroélectrique Kinguele-Aval d’une capacité de 35 MW, soit une production annuelle d’énergie de 200 GWh, pour un coût estimé à 80 milliards de FCFA. L’énergie issue de ce barrage sera injectée sur le réseau interconnecté de Libreville et augmentera de 13% de la production annuelle.

Le développement du projet est assuré par la société Asonha Énergie. Elle est détenue à 60% par Meridiam et à 40% par Gabon Power Company (GPC). La construction du barrage hydroélectrique Kinguele-Aval permettra de fournir une énergie propre, durable, de qualité à des prix compétitifs.

Ces deux projets visent à soutenir le processus de diversification de l’économie nationale. Selon la présidence de la République, la « Transgabonaise » permettra la création de près de 3000 emplois directs ou indirects.

Stéphane Billé  

 
Nos derniers articles

Pour nous contacter: c o n t a c t [@] nouveaugabon . c o m

Please publish modules in offcanvas position.