Marché financier de la Cemac : l’emprunt obligataire de l’Etat du Gabon souscrit à 126,3%

Gestion Publique
mardi, 15 octobre 2019 09:10
Marché financier de la Cemac : l’emprunt obligataire de l’Etat du Gabon souscrit à 126,3%

(Le Nouveau Gabon) - L’emprunt obligataire lancé, le 24 septembre dernier par l’État gabonais sur le marché financier de la Cemac, a été plébiscité. Sur les 100 milliards de FCFA recherchés, les souscriptions se sont élevées à 126,3 milliards FCFA, soit un taux de souscription de 126,3%.
Parmi les investisseurs séduits par cette opération, d’une maturité de cinq ans et rémunérée à hauteur de 6,25% net par an, l’on compte des personnes morales (banques, assurances, organismes de retraite, sociétés) et de personnes physiques (fonctionnaires, professions libérales, salariés du secteur privé, commerçants) de la sous-région.
À en croire les observateurs avertis, l’intérêt des investisseurs pour cette première opération sur le marché financier unifié de la Cemac dénote de la crédibilité que jouit le Gabon en ce moment de relance économique. Cette lecture est partagée par les autorités gabonaises.
« Cette mobilisation illustre à la fois l’engouement pour la signature du Gabon et la confiance que les investisseurs dans la sous-région placent dans notre économie et dans l’action de l’État », explique le ministre de l’Économie, Roger Owono Mba (photo). « Le gouvernement adresse ses remerciements à l’ensemble des souscripteurs pour leur confiance et leur contribution au succès de cet emprunt obligataire », ajoute-t-il.
Le pilotage de cette opération a été assuré par Attijari Securities Central Africa (ASCA). Cette structure s’est investie dans la collecte de ressources, le mandat d’arrangement et a joué le rôle de chef de file du syndicat de placement. L’opération bénéficie également de la pondération zéro de la part des deux régulateurs de la zone (Cobac et Cosumaf).
Les ressources mobilisées, souligne-t-on, permettront de financer des projets dans les secteurs prioritaires où les besoins des populations se font ressentir. Il s’agit notamment des domaines des infrastructures, de la santé, de l’éducation, de l’agriculture et du logement.
Stéphan Billé

 
Nos derniers articles

Pour nous contacter: c o n t a c t [@] nouveaugabon . c o m

Please publish modules in offcanvas position.