Le gouvernement annonce des mesures d’urgence aux bénéfices des populations sinistrées de Ndjolé et de Lambaréné

Gestion Publique
lundi, 02 décembre 2019 15:21
Le gouvernement annonce des mesures d’urgence aux bénéfices des populations sinistrées de Ndjolé et de Lambaréné

(Le Nouveau Gabon) - Le Premier ministre, Julien Nkoghe Bekale, était en fin de semaine dernière, dans les villes de Ndjolé et Lambaréné situées dans la province du Moyen-Ogooué. Objectif : faire une évaluation des dégâts causés par les récentes pluies diluviennes.

À la faveur de cette mission organisée sur instruction du président de la République, Ali Bongo Ondimba, Julien Nkoghe Bekale a réitéré la détermination de son gouvernement à travailler pour le bien-être des Gabonais. « Je suis venu témoigner de la solidarité du chef de l’État et du gouvernement. Je suis venu vous dire que vous n’êtes pas seuls, nous sommes avec vous dans ces moments difficiles », a-t-il déclaré.

Dans ce cadre, Julien Nkoghe Bekale a annoncé des mesures d’urgence aux bénéfices des populations sinistrées. Il a fait l’annonce de 1 500 matelas, 1 500 paires de draps, 1 500 moustiquaires, 1 500 bons d’achats alimentaires d’une valeur de 50 000 F CFA chacun, et une aide financière sous forme de bons de caisse à retirer au Trésor public pour toutes les familles recensées. Dans le même temps, le génie militaire et les pompiers ont été mis à contribution pour venir en aide aux populations. 

À titre préventif, Julien Nkoghe Bekale a également annoncé d’importantes mesures. « Il faut trouver un moyen de partir de cette zone. Vous ne pouvez plus y rester au risque de tout voir disparaitre. J’ai donné instruction pour qu’une solution pérenne soit trouvée et que le marché de Ndjolé soit délocalisé. Cet espace n’est plus bien situé. Il doit être déclaré non constructible pour votre sécurité. Nous devons nous unir pour trouver une solution. J’ai besoin de la compréhension et du soutien des populations. », a-t-il déclaré.

Le Premier ministre a par la suite plaidé pour une prise de conscience collective et appelé à ce que chaque Gabonaise et chaque Gabonais devienne un acteur de la protection de l’environnement. « Si on ne fait rien, notre planète, et partant notre pays, nos villages, nos quartiers seront menacés de disparition en raison de phénomènes climatiques que nous ne maitrisons pas », a-t-il indiqué.
Le ministre des Travaux publics, Hugues Mbadinga Madiya, a, quant à lui, lancé des missions d’assainissement et une réflexion sur la possibilité de construire des digues ou encore de draguer l’Ogooué. Il en est de même du relogement des populations.

Stéphane Billé

 
Nos derniers articles

Pour nous contacter: c o n t a c t [@] nouveaugabon . c o m

Please publish modules in offcanvas position.