Le Gabon a déboursé près de 169,7 milliards de FCFA pour ses investissements au cours des neuf premiers mois de 2019

Gestion Publique
lundi, 02 décembre 2019 12:31
Le Gabon a déboursé près de 169,7 milliards de FCFA pour ses investissements au cours des neuf premiers mois de 2019

(Le Nouveau Gabon) - Selon le ministère de l’Économie, sur une prévision annuelle de 381 milliards de FCFA, les ordonnancements liés aux investissements s’élèvent à 169,7 milliards de FCFA, à la fin du mois de septembre 2019. Ces dépenses sont réparties entre les financements sur ressources propres à hauteur de 105,2 milliards de FCFA, et les prêts projets pour 58,9 milliards de FCFA.

Sur le registre des ressources propres, six lignes sont particulièrement concernées. Il s’agit de l’éducation nationale, le logement et les équipements collectifs, la défense, le transport, les pouvoirs publics et l’administration du territoire.

L’enveloppe allouée à l’éducation nationale s’est élevée à 18,5 milliards FCFA. Elle a permis de financer les projets de réhabilitation des écoles primaires et secondaires, la construction de 90 salles informatiques et l’acquisition du matériel et mobilier scolaire.

La deuxième ligne relative à la construction, le logement et les équipements collectifs a reçu une enveloppe 38,5 milliards FCFA pour la mise en œuvre du programme de réhabilitation des voiries de Libreville et ses environs.
Le troisième segment concerne la défense. Ses dépenses ont atteint un montant de 9,2 milliards FCFA. Elles comprennent l’acquisition du matériel militaire, la prise en charge des frais liés à l’habillement des forces de sécurité, la maintenance des aéronefs ainsi que l’acquisition du matériel spécifique.

Quant au transport dont la mission a bénéficié d’un montant de 24,6 milliards FCFA, 22,6 milliards FCFA ont été alloués à la fourniture de bus au profit de la nouvelle société urbaine de transport dénommée Transnat.
Sur une prévision de 21,4 milliards FCFA, les dépenses de la mission pouvoirs publics s’établissent à 3,7 milliards FCFA, soit un taux d’exécution de 18%, porté principalement par la mise en œuvre du projet de réhabilitation de l’hémicycle de l’Assemblée nationale.
La dernière mission concerne l’administration du territoire. Elle a fait l’objet d’une exécution à hauteur de 4,4 milliards FCFA, sur une prévision de 25,9 milliards FCFA, soit un taux de 17%. Trois principaux projets ont été financés. Il s’agit du Programme de développement des infrastructures (PDIL II), le pavoisement luminaire de la ville de Libreville ainsi que la prise en charge des dépenses d’investissement des collectivités.

D’autres missions ont également enregistré une exécution de leurs dépenses d’investissement. Les projets y relatifs, mandatés à hauteur de 4,9 milliards FCFA, concernent : la mise en place des partenariats publics privés ; la promotion de la destination touristique Gabon ; le programme de développement agricole rural (PDAR2), en termes de contrepartie ; la modernisation de la conservation des données pétrolières ; l’acquisition et l’installation de 5000 lampadaires ; la construction des centres de formation ; la réhabilitation des bâtiments administratifs.

Dans la cadre de ses investissements, l’État gabonais a également effectué des tirages sur financements extérieurs. Ils concernent 4,5 milliards de FCFA sur l’Agence française de développement (AFD) pour les projets de la réhabilitation du Transgabonais, la construction des salles de classe et le renforcement des structures sanitaires.

Auprès de la BIRD, le pays a obtenu 33,3 milliards de FCFA pour la promotion de l’Investissement et de la compétitivité, la dorsale de Télécommunication, les Projets e-Gabon et celui concernant l’appui à l’employabilité. Le pays a également obtenu de la Bad 0,1 milliard de FCFA pour le projet de renforcement des capacités. Enfin, la BDEAC a débloqué 21 milliards de FCFA pour le projet de construction de la route PK 5-12.
Les autres dépenses portent sur le financement des plans sociaux et de restructuration des entreprises, les protocoles transactionnels et les condamnations pécuniaires de l’État. Sur une dotation en loi de finances de 64,5 milliards de francs CFA, ces dépenses ont été ordonnancées à hauteur de 10 milliards de francs CFA, soit un taux de 16%.

Stéphane Billé

 
Nos derniers articles

Pour nous contacter: c o n t a c t [@] nouveaugabon . c o m

Please publish modules in offcanvas position.